Membres

François Bougard, directeur de l’IRHT, ancien directeur des études médiévales à l’Ecole française de Rome (1997-2004), est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris Nanterre, dont il est détaché depuis le 1er septembre 2014 pour diriger l’Institut de recherche et d’histoire des textes. Spécialiste du haut Moyen Âge, il est l’auteur d’une thèse sur l’exercice de la justice dans le royaume d’Italie entre VIIIe et XIe siècle (publiée en 1995) et de traductions commentées d’auteurs du haut Moyen Âge italien (Paul Diacre, Liudprand de Crémone). Son activité de recherche porte aussi sur l’histoire des bibliothèques, avec un intérêt particulier pour les milieux cisterciens français et, plus récemment, pour le fonds manuscrit du cardinal de Richelieu.

Aude Déruelle, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université d’Orléans, directrice adjointe de la MSH Val de Loire. Après une thèse sur Balzac (Balzac et la digression, Christian Pirot, 2004), elle travaille sur l’écriture de l’histoire au XIXe siècle, et notamment sur Michelet, Chateaubriand et Augustin Thierry. Elle a publié une édition des Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry en 2012 (Garnier) et participé à la réédition de l’Histoire de la Révolution française de Michelet (Gallimard, à paraître). Pilotage du projet ArchAT.

Agnès GraceffaDocteure en histoire (Lille 3 / Hambourg), travaille sur les écrits des historien-ne-s médiévistes français-e-s et allemand-e-s des XIXe et XXe siècles. D’abord centrée sur leur production érudite, sa recherche s’est désormais élargie aux parcours biographiques et créatifs de ces mêmes médiévistes à partir de leurs archives personnelles et dans une perspective européenne. Après avoir enseigné comme chargée de cours à l’Université de Lille III, elle est désormais collaboratrice scientifique à l’Université libre de Bruxelles (ULB, Sociamm). La version remaniée de sa thèse est parue sous le titre La question franque, analyse comparée des discours historiographiques français et allemands sur le peuplement mérovingien XIXe-XXe siècles (Brepols, 2009). En 2017, elle publie la biographie d’une médiéviste et poète russe : Une femme face à l’histoire. Itinéraire de Raïssa Bloch de Saint-Pétersbourg à Auschwitz (1898-1943) (Belin, 2017).

Gilles Kagan, ingénieur de recherche à l’IRHT (antenne Augustin Thierry, Orléans), dirige depuis 1991 le service Images, une composante importante du Pôle numérique. Le service est composée de photographes chargés de la numérisation des manuscrits médiévaux et des imprimés anciens qui sont conservés dans les bibliothèques de France (hors BnF). Il est également chargé de cours pour des étudiants préparant le master Pro au CESR de Tours et donne régulièrement des formations en France ou l’étranger sur Photoshop et dans le domaine des techniques de numérisation : de l’acquisition des données à leur diffusion sur Internet.

Paule Petitier, professeur de littérature française à l’Université Paris Diderot, membre de l’équipe de recherches CERILAC, est spécialiste de l’historien Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Ed. des Équateurs, 2008-2009), elle consacre de façon plus large ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire et dirige avec Claude Millet la revue Écrire l’histoire (CNRS éditions). 

Yann Potinhistorien et archiviste aux Archives Nationalesest chargé d’études documentaires aux Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales) et maître de conférences associé en Histoire du droit à l’université Paris-Nord/CERAL (EA 3968). Ses recherches concernent les rapports entre l’histoire et le mythe, la construction des sources historiographiques et leur mise en discours, l’histoire des archives et du patrimoine. Sa thèse de l’école des chartes était consacrée à l’histoire de la « mise en archives » du Trésor des chartes sur la longue durée (XIIIe-XIXe siècle). Il a édité avec Brigitte Mazon, le cours de Lucien Febvre, Michelet, créateur de l’histoire de France (Vuibert 2014). Il a récemment coordonné l’Histoire mondiale de la France (Le Seuil, 2017) sous la direction de Patrick Boucheron et avec Aude Déruelle, Augustin Thierry, L’histoire pour mémoire, Rennes, PUR, 2018.

Anne-Cécile Tizon-Germe, directrice des AD 41.

Giorgia Vocino, Docteure en histoire (Université Cà Foscari de Venise / EPHE)travaille sur les sources du haut moyen âge occidental. Sa recherche se développe sur deux axes principaux : d’une part, l’étude de la littérature hagiographique produite entre VIIIe et XIe siècle et, d’autre part, l’exploration des traditions d’enseignement et des savoirs à la base du pouvoir et du prestige des élites médiévales. Spécialiste des manuscrits et de l’histoire des bibliothèques, elle a travaillé dans des différents pays européens (Pays-Bas, Italie, Autriche, Royaume Uni) et est actuellement post-doctorante sur le projet ArchAT.